Au fil du temps

Blason St Gorgon de Varangéville

Ce sont les armes traditionnelles de la célèbre abbaye de Gorze fondée près de Metz vers 747 par Saint Chrodegang, évêque de Metz qui reçoit des romains les reliques de Saint Gorgon .
Elle adopte en 933 la règle bénédictine et est à l’origine d’une réforme monastique qui va se diffuser à tout le Saint-Empire Romain Germanique.
De l'abbaye bénédictine rasée en 1552 par Gaspart de Coligny, il ne reste rien. 


Environ vingt-trois prieurés bénédictins seront créés au XIe siècle en Lorraine dont celui de Varangéville, signe du dynamisme des réformes entreprises et de l'essor monastique, dû en partie à l'expansion de l'abbaye de Gorze.

Le Prieuré de Varangéville au début de XXè siècle


Blason de Gorze
Héraldique : D'azur à un saint Gorgon à cheval, armé de pied en cap et terrassé d'or.


Varangéville faisant partie depuis le haut Moyen Age du temporel de l'abbaye de Gorze dans le Pays Messin. Le blason communal reprend donc celui de Gorze, mais pour se différencier de celui-ci, il adopte un champ de gueules * au lieu d'azur.
Blason de Varangéville
Héraldique : De gueules à un Saint Gorgon à cheval armé de pied en cap et terrassé d'or.



* La couleur, en héraldique, désigne l'attribut coloré d'un champ ou d'un fond. Il s'agit de couleurs symboliques : ainsi, le gueules se représente par un rouge, qu'il soit vermillon, écarlate, carmin ou autre. Les couleurs sont réparties en trois groupes :

les métaux, composés essentiellement de l'or et de l'argent ;

les émaux, composés essentiellement de l'azur, du gueules, du sable, du sinople et du pourpre ;

les fourrures, composés essentiellement de l'hermine et du vair, ainsi que de leurs innombrables variantes (mais dont seuls le contre-vair et la contre-hermine sont d'usage fréquent) ; ce sont en fait des compositions « bichromatiques », réunissant un émail et un métal.